Posts Tagged ‘experts’

h1

Anti-OGM, un nouveau contre-pouvoir est né !

2 octobre 2012

Photo des rats atteints de tumeurs énormes, expérience sur les OGM
Le 20 septembre dernier, une étude choc sur la toxicité des OGM est parue dans le magazine Le Nouvel Observateur. Pour la première fois, un média grand public et influent publie des photos qui marqueront l’opinion publique pour longtemps… C’est le signe d’un changement profond…

L’influence des anti-OGM grandit !

Malgré la contre-offensive médiatique (1) qui vise à dé-légitimer cette étude, le coup porté est irréversible. Voici pourquoi:

  1. Parce que les photos horribles qui ont été publiées ont un impact émotionnel très fort. Elles marquent le public pour longtemps.
  2. Parce que la nouvelle a été publiée dans un magazine grand public réputé sérieux et donc influent, avec un titre à sensation: « EXCLUSIF. Oui, les OGM sont des poisons ! » qui ne laisse aucune place au doute.
  3. Parce que les résultats de cette étude concordent avec l’intuition commune sur un fond de méfiance collective qui s’est construit sur les différents scandales sanitaires du passé (2).

La bataille de l’opinion est gagnée !

Les photos ont été reprises par tous les médias. Monsanto peut financer toutes les contre-expertises qu’il voudra, il peut aussi donner tous les contre-arguments scientifiques possibles. Ceux-ci n’auront jamais autant d’impact que cette étude et ses photos.

Dessin faisant allusion à la sorcière qui vend une pomme empoisonnée à Blanche-Neige

Une première bataille est gagnée, celle de l’opinion. Désormais, la méfiance cède la place à une franche hostilité.

C’est le signe d’une révolution silencieuse irréversible

Cette étude n’est pas le fruit du hasard. Elle est l’aboutissement d’une évolution profonde: l’émergence d’une expertise scientifique indépendante qui constitue désormais un contre-pouvoir salutaire et très influent face aux lobbys industriels.

  1. Une expertise citoyenne a émergé. Elle a désormais les armes scientifiques lui permettant de contrer les arguments fallacieux des lobbys (études biaisées, falsifiées ou tronquées) et de mener des études vraiment indépendantes face aux experts officiels des autorités publiques sanitaires trop complaisants avec l’industrie (nombreux conflits d’intérêt).
  2. Les mouvements anti-OGM pratiquent la communication d’influence pour sensibiliser l’opinion, à l’instar de Greenpeace dont les campagnes-choc sont un cauchemar pour les marques mondiales (finalement pas aussi puissantes qu’on ne le croit…)
  3. Les mouvements anti-OGM ont dépassé la naïveté de leurs débuts et gagné en maturité. Ils ont en effet su mener cette étude dans le secret en cryptant leurs e-mails afin d’empêcher Monsanto de créer des incidents qui auraient fait échouer l’étude. Ce n’est pas de la paranoïa: ils ont vraiment pris la mesure de ce qu’est Monsanto.
  4. Une prise de conscience mondiale est en train d’émerger, lentement mais surement. Le public est mieux informé, donc plus méfiant, notamment grâce à Internet. C’est une tendance de fond contre laquelle les systèmes d’influence ne peuvent rien.
  5. Ce qui est remarquable, c’est que cette tendance de fond ne provient pas d’un mouvement organisé ou coordonné. Elle n’est basée sur aucune idéologie. C’est un mouvement chaotique et difficile à décrypter, très déstabilisant pour ces industries habituées aux théories classiques de l’influence (détecter les leaders d’opinion, les influenceurs etc…) qui sont devenues inopérantes dans ces situations inédites.
  6. Les médias grand public peuvent désormais s’appuyer sur cette expertise. Leur attitude change. Auparavant, une étude de ce type aurait été publiée avec des précautions. Son aspect controversé et polémique aurait été mis en avant. Et ils auraient évité un titre choc.

L’émergence d’une nouvelle expertise scientifique indépendante est à mon avis un évènement capital. A l’instar de l’alphabétisation de masse et d’Internet, c’est une révolution silencieuse.

Plutôt que de passer son temps à pester contre un système dévoyé et corrompu, les militants de la nouvelle génération prennent les choses en main.

Les petits poissons peuvent devenir plus forts que les gros

Ils produisent des études faites selon les protocoles scientifiques requis. Ce faisant, ils acquièrent une expertise scientifique de grande valeur et sont en train d’émerger en tant que contre-pouvoir face à des entreprises telles que Monsanto, sans foi ni loi, sans scrupule et sans éthique.

Désormais, les sociétés qui basent leur stratégie sur le déficit cognitif des consommateurs ont du souci à se faire.

Pour en savoir plus:
Corinne Lepage et Eric Séralini dénoncent la passivité des agences publiques et soupçonnent des conflits d’intérêts, voire de la corruption.
Lepage :Tout est organisé pour qu'il n'y ait… par LeNouvelObservateur
OGM : vers une alerte mondiale ? par LeNouvelObservateur
Article du Nouvel Observateur
Polémique sur les OGM : « Personne n’ose se confronter aux lobbys »
Article paru sur Médiapart
Le journal du Siècle
Le Monde
Le Figaro
20 Minutes
L’incontournable documentaire « Le monde selon Monsanto »

(1) La contre-offensive médiatique a commencé le jour de la parution de l’étude. Voici quelques articles:
Science&Avenir
Le Monde
Le JDD

(2) Les expériences pathétiques du passé ont laissé des traces dans la mémoire collective, comme par exemple, le scandale de la vache folle, où certains avaient fait croire que les vaches pouvaient manger de la viande… On se souvient aussi du poulet aux hormones, des antibiotiques contenus dans la viande, des paysans obligés de mettre des scaphandres de protection pour verser des produits chimiques sur leur culture, des perturbateurs endocriniens contenus dans les emballages alimentaires, etc…

Publicités
h1

Le cycle de vie d’un système d’influence

12 mars 2012

cycle de vie de l'inlfuence
Je reprends l’exemple de l’industrie pharmaceutique pour analyser le cycle de vie d’un système d’influence: l’émergence, l’apogée puis le déclin.

Phase 1: l’époque des héros

Tout commence par un exploit qui marque les esprits et modifie les croyances collectives. La progression est fulgurante… Dans le secteur de la santé, on pense évidemment à Louis Pasteur et son premier vaccin contre la rage.

Dans l’article Qu’est-ce que l’influence je prends l’exemple de Martin Luther King qui a influencé profondément l’opinion publique américaine.

Phase 2: l’industrie à l’apogée de son influence

L’industrie pharmaceutique profite du prestige de la science. A l’apogée de son influence, elle fait autorité : les voix discordantes ou dissonantes ne sont tout simplement pas entendues. Autrement dit, elle fait partie du panthéon des saints de l’époque moderne. Ce qu’elle dit est incontestable et incontesté.

Jusqu’aux années 80, ce pouvoir d’influence est source de prospérité, puisque les laboratoires jouissent de la confiance des clients et des prescripteurs. Le phénomène d’accumulation de l’expertise et des capitaux a rendu le rapport de force de plus en plus inégal.

Voir Le mécanisme de l’influence: la confiance
Et aussi Le mécanisme de l’influence: l’autorité

Phase 3: l’industrie devient un « système d’influence »

A partir des années 80, les coûts de la recherche scientifique augmentent exponentiellement et les laboratoires se font concurrence sur un marché en cours de mondialisation. Face à l’incapacité de l’Etat, les laboratoires se tournent vers les investisseurs boursiers.

C’est alors qu’ils adoptent une logique capitalistique cynique contraire à l’éthique : harcèlement commercial des médecins, rachat de la presse lue par les médecins, expertises biaisées ou carrément mensongères, lobbying intense, financement de la vie politique… Face à eux, des pouvoirs publics incompétents ou passifs.

Voir Qu’est-ce qu’un système d’influence
Et aussi Le système d’influence des industries pharmaceutiques

la phase de déclin de l'influence

Phase 4: début du déclin de l’influence

La phase 4 est le début du déclin d’un système d’influence. Le déclin commence lorsqu’un choc ou une rupture survient. Il est très lent du fait de 2 éléments conjoints:

  • La dissonance cognitive
    Incrédulité face à une vérité qui ébranle les croyances collectives d’un groupe. L’opinion est peu sensible aux vérités révélées par des scandales (sang contaminé, vaccin contre l’hépatite B). Nous sommes dans les années 80-90, les croyances collectives qui sanctifient l’industrie pharmaceutique sont encore très fortes. Elles ne sont donc que légèrement ébranlées. Pour en savoir plus sur la dissonance cognitive: Dissonance cognitive et influence, comment ça marche ?
  • Le système d’influence est encore très puissant:
    Certains politiciens ont à coeur de défendre les intérêts de l’industrie plutôt que celui des malades. Pour le sang contaminé, on dissimule les turpitudes du système derrière un bouc-émissaire, le méchant de service… Quant au scandale du vaccin contre l’hépatite B, il est carrément camouflé… Ne vous demandez pas pourquoi… Le système d’influence fait vivre beaucoup de monde… Pour en savoir plus: Le dossier noir de l’hépatite B

Phase 5: la perte d’influence

Cette fois, le déclin s’accélère. C’est la conjonction de 3 évènements qui provoquent une prise de conscience collective, lente mais inexorable, qui émousse le capital-confiance qui a fait la prospérité de cette industrie. Sa parole perd de son prestige et donc de son influence.

  • Le basculement du rapport de force économique :
    De 2013 à 2017, de nombreux brevets vont tomber dans le domaine public, ce qui fragilise la puissance financière des géants de la pharmacologie. De plus on assiste à l’émergence des médicaments génériques et à la crise du système de remboursement par la sécurité sociale. Voir Industrie pharmaceutique: la falaise des brevets
  • Le rôle d’Internet:
    En matière de santé, les gens s’informent beaucoup sur Internet, il devient de plus en plus difficile de camoufler les informations…
  • L’accumulation des scandales:
    Sang contaminé, vaccin contre l’hépatite B, Médiator… Cette fois, la coupe est pleine. Les croyances collectives commencent vraiment à être ébranlées. La confiance disparaît. La perte d’influence se manifeste notamment dans le peu d’empressement dont les Français ont fait preuve lors de la campagne pour le vaccin contre la grippe H1N1.

On ne peut rien faire pour contrecarrer la perte d’influence: la confiance a disparu, le cynisme de cette industrie est apparu au grand jour. Dans le prochain article, j’évoque les derniers soubresauts d’un système d’influence en perte de vitesse, j’analyse plus en profondeur la différence entre influence et pouvoir informel, toujours en prenant l’exemple de l’industrie pharmaceutique.

Pour en savoir plus:
Qu’est devenu le docteur Michel Garretta ?
L’affaire du sang contaminé (Wikipédia)
Lire aussi:
Le mécanisme de la perte d’influence

%d blogueurs aiment cette page :