Archive for the ‘Système d’influence’ Category

h1

La réalité concrète d’un système d’influence

26 mars 2012

Le camouflage du serpent
Je m’intéresse aujourd’hui à la réalité concrète des systèmes d’influence tels qu’ils se manifestent à nous, dans notre quotidien… Ce sont des pouvoirs informels qui agissent en profitant de la complexité des situations dont seuls les experts peuvent saisir les enjeux.

Le système d’influence à son apogée

Un système d’influence qui fonctionne efficacement est peu visible. On n’en prend conscience qu’au moment d’un dysfonctionnement, lorsqu’un grain de sable dérègle le mécanisme.

Dans le secteur de la santé, le documentaire sur l’aluminium contenu dans notre alimentation et dans les vaccins illustre à merveille l’emprise de l’industrie sur les instances administratives et politiques.

Dans ce documentaire, des scientifiques reconnus (professeurs des hôpitaux, chercheurs de l’Institut Pasteur…), ayant toute l’autorité nécessaire pour être entendus, tentent en vain d’alerter les pouvoirs publics contre des dangers sanitaires: ils sont face à un mur invisible d’inerties et de silences…

On lit sur leurs visages une totale incompréhension du système perverti dans lequel nous vivons. Un pouvoir informel qui n’est pas dissimulé, s’exerce en toute légalité mais sans éthique.

Quand le système d’influence est affaibli…

Seul un basculement dans le rapport de force économique peut affaiblir un système d’influence. C’est une rupture technologique, économique ou concurrentielle.

Exemple de rupture technologique : le déclin du nucléaire déstabilisé par l’émergence de nouvelles technologies qui vont devenir de moins en moins chères alors que les coûts du nucléaire inévitablement vont augmenter.
Lire à ce sujet: Quand un système d’influence disparait

Exemple de rupture économique : l’industrie pharmaceutique face à la falaise des brevets et à d’autres défis.
Lire : Le cycle de vie d’un système d’influence

Un scandale qui éclate est le signe de la faiblesse du système d’influence, car ce scandale n’a pas pu être étouffé. Le scandale du Médiator a éclaté parce que certaines sociétés (pas plus vertueuses que Servier) ont été plus futées et parce qu’elles sont moins fragiles. Autrement dit, le système d’influence élaboré par Servier est démonté par ses concurrents devenus plus puissants.
Lire : Système d’influence : la guerre contre Servier

Qui le défend ?

Face à l’opinion publique choquée, les décideurs politiques et administratifs, les médias mainstream s’efforcent de renforcer le système d’influence. Pourquoi ? Parce qu’ils en sont devenus dépendants. Voici comment ils procèdent:

  • Minimisation de la corruption du système :
    Servier est un délinquant pharmaceutique mais il n’est pas le seul… Pourtant on se garde bien de dénoncer les autres… Le scandale du Médiator révèle les turpitudes de tout un système. Mais on fait semblant de croire qu’il ne s’agirait que d’un simple dysfonctionnement et qu’il suffirait de réformer le système pour que cela ne se reproduise plus…
  • Fausses réformes :
    En décembre 2011, la réforme du contrôle du médicament a été votée. Mais les liens d’intérêt avec les laboratoires (qui sont le cœur du problème…) restent légaux et les victimes de médicaments nocifs ne peuvent toujours pas mener d’actions de groupe. Quant au projet de loi sur la déontologie et la prévention des conflits d’intérêts présenté en Conseil des ministres en juillet 2011, il a été purement et simplement abandonné…
    Voir La réforme du médicament adoptée

Un système d’influence coûte cher à entretenir: financement des partis politiques, lobbying, marketing d’influence, maîtrise des médias. Que se passe-t-il lorsque les marges diminuent ? Quels sont, d’après vous, les scénarios possibles?

Pour étayer notre réflexion: Les laboratoires Merck et les valises de Biftons
Un article qui constate la méfiance croissante des Français vis-à-vis des vaccins
Les Français aiment les médicaments mais pas les laboratoires…
Un témoignage édifiant sur les vaccins obligatoires et forcés

Publicités
h1

Le cycle de vie d’un système d’influence

12 mars 2012

cycle de vie de l'inlfuence
Je reprends l’exemple de l’industrie pharmaceutique pour analyser le cycle de vie d’un système d’influence: l’émergence, l’apogée puis le déclin.

Phase 1: l’époque des héros

Tout commence par un exploit qui marque les esprits et modifie les croyances collectives. La progression est fulgurante… Dans le secteur de la santé, on pense évidemment à Louis Pasteur et son premier vaccin contre la rage.

Dans l’article Qu’est-ce que l’influence je prends l’exemple de Martin Luther King qui a influencé profondément l’opinion publique américaine.

Phase 2: l’industrie à l’apogée de son influence

L’industrie pharmaceutique profite du prestige de la science. A l’apogée de son influence, elle fait autorité : les voix discordantes ou dissonantes ne sont tout simplement pas entendues. Autrement dit, elle fait partie du panthéon des saints de l’époque moderne. Ce qu’elle dit est incontestable et incontesté.

Jusqu’aux années 80, ce pouvoir d’influence est source de prospérité, puisque les laboratoires jouissent de la confiance des clients et des prescripteurs. Le phénomène d’accumulation de l’expertise et des capitaux a rendu le rapport de force de plus en plus inégal.

Voir Le mécanisme de l’influence: la confiance
Et aussi Le mécanisme de l’influence: l’autorité

Phase 3: l’industrie devient un « système d’influence »

A partir des années 80, les coûts de la recherche scientifique augmentent exponentiellement et les laboratoires se font concurrence sur un marché en cours de mondialisation. Face à l’incapacité de l’Etat, les laboratoires se tournent vers les investisseurs boursiers.

C’est alors qu’ils adoptent une logique capitalistique cynique contraire à l’éthique : harcèlement commercial des médecins, rachat de la presse lue par les médecins, expertises biaisées ou carrément mensongères, lobbying intense, financement de la vie politique… Face à eux, des pouvoirs publics incompétents ou passifs.

Voir Qu’est-ce qu’un système d’influence
Et aussi Le système d’influence des industries pharmaceutiques

la phase de déclin de l'influence

Phase 4: début du déclin de l’influence

La phase 4 est le début du déclin d’un système d’influence. Le déclin commence lorsqu’un choc ou une rupture survient. Il est très lent du fait de 2 éléments conjoints:

  • La dissonance cognitive
    Incrédulité face à une vérité qui ébranle les croyances collectives d’un groupe. L’opinion est peu sensible aux vérités révélées par des scandales (sang contaminé, vaccin contre l’hépatite B). Nous sommes dans les années 80-90, les croyances collectives qui sanctifient l’industrie pharmaceutique sont encore très fortes. Elles ne sont donc que légèrement ébranlées. Pour en savoir plus sur la dissonance cognitive: Dissonance cognitive et influence, comment ça marche ?
  • Le système d’influence est encore très puissant:
    Certains politiciens ont à coeur de défendre les intérêts de l’industrie plutôt que celui des malades. Pour le sang contaminé, on dissimule les turpitudes du système derrière un bouc-émissaire, le méchant de service… Quant au scandale du vaccin contre l’hépatite B, il est carrément camouflé… Ne vous demandez pas pourquoi… Le système d’influence fait vivre beaucoup de monde… Pour en savoir plus: Le dossier noir de l’hépatite B

Phase 5: la perte d’influence

Cette fois, le déclin s’accélère. C’est la conjonction de 3 évènements qui provoquent une prise de conscience collective, lente mais inexorable, qui émousse le capital-confiance qui a fait la prospérité de cette industrie. Sa parole perd de son prestige et donc de son influence.

  • Le basculement du rapport de force économique :
    De 2013 à 2017, de nombreux brevets vont tomber dans le domaine public, ce qui fragilise la puissance financière des géants de la pharmacologie. De plus on assiste à l’émergence des médicaments génériques et à la crise du système de remboursement par la sécurité sociale. Voir Industrie pharmaceutique: la falaise des brevets
  • Le rôle d’Internet:
    En matière de santé, les gens s’informent beaucoup sur Internet, il devient de plus en plus difficile de camoufler les informations…
  • L’accumulation des scandales:
    Sang contaminé, vaccin contre l’hépatite B, Médiator… Cette fois, la coupe est pleine. Les croyances collectives commencent vraiment à être ébranlées. La confiance disparaît. La perte d’influence se manifeste notamment dans le peu d’empressement dont les Français ont fait preuve lors de la campagne pour le vaccin contre la grippe H1N1.

On ne peut rien faire pour contrecarrer la perte d’influence: la confiance a disparu, le cynisme de cette industrie est apparu au grand jour. Dans le prochain article, j’évoque les derniers soubresauts d’un système d’influence en perte de vitesse, j’analyse plus en profondeur la différence entre influence et pouvoir informel, toujours en prenant l’exemple de l’industrie pharmaceutique.

Pour en savoir plus:
Qu’est devenu le docteur Michel Garretta ?
L’affaire du sang contaminé (Wikipédia)
Lire aussi:
Le mécanisme de la perte d’influence

%d blogueurs aiment cette page :