Archive for the ‘Marketing d’influence’ Category

h1

Marketing d’influence, les enjeux économiques

13 octobre 2011
L'économie de la légitimité, un nouveau modèle économique en gestation

Un nouveau modèle économique en gestation

Les enjeux économiques du marketing d’influence sont beaucoup plus importants qu’on ne le croit. Car les entreprises en quête de légitimité sont de plus en plus nombreuses. Le marketing d’influence ne concerne plus simplement les stars, mais plusieurs millions de personnes.

Le marketing d’influence se démocratise

« Je finance cette exposition parce que ça fait chic… » ou encore « le big boss est passionné d’art contemporain, alors… » Ce temps-là est bien fini. Le marketing d’influence est au service de l’identité de la marque. En voici 3 exemples:

  • En 2009, Yves Rocher a été le mécène exclusif de l’exposition «elles@centrepompidou» réunissant plus de 500 œuvres d’artistes femmes. Loin de l’idéalisation réductrice de la femme comme égérie ou comme icône, cette marque exprime le respect qu’elle a pour les femmes.
  • La marque de rhum Havana Club cherche à être reconnue comme une marque iconique et authentique. Elle finance des programmes culturels qui donnent aux artistes cubains une plus grande visibilité médiatique (production d’un film, financement de concerts, partenariat dans l’art contemporain), loin d’un folklore touristique éculé. Voir la vidéo…
  • Le groupe LVMH organise « Les journées particulières ». Ce sont des journées « portes ouvertes » consacrées au savoir-faire artisanal de très haute qualité. Lorsque les clients achètent les produits d’une marque prestigieuse, c’est le prestige qu’ils achètent. La part du prix, imputable au marketing d’influence visant à maintenir ce prestige, est très importante. Or le but de cette opération est d’occulter cette réalité et de montrer que le prestige de la marque ne proviendrait que de l’amour du travail bien fait. Voir la vidéo…

Marketing d’influence: présence médiatique et légitimité

  • Associer la marque à des valeurs communément révérées: l’art, la création, le sport, l’amour du travail bien fait, toute cause à condition que celle-ci soit considérée comme légitime par la grande majorité.
  • Les évènements qui véhiculent des valeurs et des causes considérées comme légitimes sont forcément médiatisés. Ils permettent donc d’accroître la présence médiatique de la marque et, ce faisant, des artistes et divers talents qui y participent.

Le marketing d’influence, une opportunité pour les artistes

Si vous êtes artiste, créateur, artisan d’art, vidéaste, musicien, comédien, plasticien, etc… Plutôt que chercher des galeries où exposer, des producteurs ou des éditeurs, faîtes-vous connaître des agences de communication ! A l’heure où les subsides publiques fondent comme neige au soleil, les opérations de mécénat sont pour vous une réelle opportunité, à condition de choisir une entreprise éthique.

Vous avez toute votre place, en tant qu’artiste et pas simplement en tant qu’animateur socio-culturel, dans ce pan émergent de l’économie que constitue la quête par les entreprises d’une légitimité.

Un nouveau paradigme est en train de naître. Les entreprises ont besoin de ceux qui exercent des activités que le public admire: les artistes mais aussi d’autres métiers ! C’est une bonne nouvelle pour tous ceux qui ont choisi leur métier par passion !

NB: Les 2 premières opérations sont orchestrées par une filiale du groupe Saatchi bien connu pour le rôle qu’il a joué dans l’art contemporain, notamment dans le gonflement artificiel de certaines cotations…

Lire aussi:
Le marketing d’influence
La définition de l’influence

Publicités
h1

Le marketing d’influence des oligopoles

3 juin 2011

La stratégie d'influence des oligopoles
Avec l’hyper-choix, le déficit cognitif du consommateur fait du marketing d’influence la seule tactique possible. Mais lorsque les groupes oligopolistiques utilisent les mécanismes de l’influence, ils deviennent d’immenses fabriques du conformisme.

Influence et conformisme

Le consommateur et le citoyen sont un peu perdus dans cette profusion. Ils se rassurent auprès de la majorité. Lorsqu’une innovation radicale (ou un voix discordante qui sort du cadre habituel de pensée) apparaît, le public ne l’adopte qu’à partir d’un certain seuil de notoriété, en deçà duquel celle-ci lui paraît incongrue et n’éveille qu’une perplexité fugace. La règle d’or: aller dans le sens des croyances collectives et rester dans le cadre habituel de pensée.
Pour en savoir plus:
Le marketing d’influence
Influence et conformisme
Le mécanisme de l’influence: les croyances collectives

Stratégie d’influence: maintenir sa position dominante

La stratégie d’influence consiste à utiliser les processus psychiques du conformisme tout en maintenant délibérément l’hyper-choix. Le cannibalisme des nombreuses marques au sein d’un même groupe étant considéré comme un inconvénient secondaire par rapport aux avantages obtenus:

  1. Bouter les nouveaux venus hors du marché principal:

    Les processus psychiques du conformisme, alliés à l’hyper-choix, boutent les créateurs trop originaux hors du marché de masse. Ceux-ci se retrouvent cantonnés dans les marchés de niche des « early adopters », des consommateurs avertis ou curieux, militants passionnés et preneurs de risques. Ces consommateurs de l’avant-garde peuvent parfois exercer une influence sur le grand public, mais ce type d’influence prend plus de temps. Rencontrant un succès limité, ils sont donc rachetables à bon prix… par les grands groupes…
    Pour en savoir plus, L’influence sur les marchés de masse et de niche

  2. Apparaître comme un phare rassurant au milieu du brouillard:

    Maintenir et renforcer la confusion des esprits, tirer parti du capital de notoriété acquis par la position oligopolistique et apparaître, auprès d’un public désorienté, comme une « valeur sûre » c’est-à-dire un repère collectif faisant autorité et inspirant confiance: telle est la stratégie des groupes oligopolistiques.

Au milieu d’une cacophonie organisée, les voix discordantes sont tout simplement inaudibles. Inutile de les faire taire, ce serait leur faire de la publicité… Se présenter comme un phare au milieu d’un chaos qu’on a soi-même organisé, c’est plutôt bien vu comme stratégie, vous ne trouvez pas ?

Le chaos profite aux oligopoles. Lorsque le dirigeant d’une multinationale défend devant les médias, la diversité, la pluralité, ( ces concepts paraissant si sympathiques…) c’est en fait pour défendre sa position dominante. C’est un rapport de force qui ne dit pas son nom, dans lequel « influence » rime avec « domination ».

%d blogueurs aiment cette page :