Archive for the ‘Influence Définitions’ Category

h1

Quelques définitions autour de l’influence

13 novembre 2011

Dans l’article précédent, « Qu’est-ce qu’un système d’influence », j’évite soigneusement le terme « stratégies d’influence », devenu trop galvaudé et trop vague. Il faut savoir de quoi on parle ! Quelques précisions s’imposent…

Le marketing d’influence

Le marketing d’influence est un marketing plus sophistiqué que le marketing classique. Le marché est une communauté où les mécanismes de la psychologie collective opèrent. Autrefois réservé aux seules multinationales, le marketing d’influence devient accessible aux PME.
Pour en savoir plus:
Le marketing d’influence
Marketing d’influence : marchés de masse et marchés de niche
Le marketing d’influence des oligopoles
Les enjeux économiques du marketing d’influence
Les luttes d’influence fragilisent l’économie

Le lobbying

Pour ne prendre qu’un exemple, à Bruxelles, on dénombre 17000 officines de lobbying, chargées d’influencer les législateurs. Aux USA, les lobbies bancaires ont dépensé 360 millions de dollars en 2010 pour rendre la réforme de la finance inopérante.

Dans cette vidéo, Corinne Lepage remet les choses à leur place: il est légitime que les intérêts économiques d’un secteur soient défendus auprès des pouvoirs publics, mais certaines pratiques sournoises et trompeuses doivent être dénoncées !

La communication d’influence

C’est le domaine des politiciens et de tous les leaders qui visent à influencer l’opinion publique. Cet ensemble de compétences en communication verbale et non verbale et en rhétorique constitue le B-A-BA du métier de politicien. Une solide connaissance des médias multi-canaux et de leurs contraintes s’impose: la télévision, le web, la presse écrite, l’édition etc…
Pour en savoir plus:
La définition de l’influence
La communication d’influence

Les systèmes d’influence

Les systèmes d’influence sont des réseaux et rapports de force établis par des sociétés puissantes. Elles font appel au marketing d’influence, au lobbying et repèrent les talents doués en communication d’influence qui pourraient servir leurs intérêts.
Pour en savoir plus:
Les systèmes d’influence, qu’est-ce que c’est ?

Dans chacun des secteurs évoqués ci-dessus, c’est la maîtrise de la psychologie collective qui fait la différence. La bonne connaissance des mécanismes de l’influence est devenue la compétence-clé: influencer le consommateur, le citoyen et le législateur. Deux questions émergent, sur la limite entre manipulation et influence et la différence entre l’influence et le pouvoir… J’aborderai ces questions ultérieurement.

Publicités
h1

Qu’est-ce qu’un système d’influence ?

27 octobre 2011

un système d'influence ressemble à un enchevêtrement de forces

C’est un système complet qui vise à influencer le consommateur-client, le citoyen, le législateur dans le but de renforcer et de protéger les intérêts particuliers d’une seule et même entité. Seules les très grandes entreprises peuvent se l’offrir. Ce système s’apparente au pouvoir.

Une expertise rare et recherchée:

Les systèmes d’influence disposent d’une expertise rare qui leur permet d’établir un rapport de force en leur faveur. Par exemple, le complexe militaro-industriel (compétences technologiques très sophistiquées), les laboratoires pharmaceutiques (compétences chimiques et médicales), le lobby nucléaire, la finance (invention de produits d’une complexité telle que les régulateurs peinent à les comprendre…).

Les rouages d’un système d’influence

  1. Des bénéfices substantiels:
    L’expertise rare et recherchée leur permet d’engranger des marges substantielles, puisque la concurrence est faible, le rapport de force est en leur faveur…
  2. Légitimité:
    Nos croyances collectives actuelles nous incitent à accorder notre confiance à ceux qui disposent d’une expertise que peu possèdent. Cette légitimité leur donne un pouvoir d’influence important.
  3. Lobbying:
    Cette expertise leur permet d’exercer un lobbying très soft qui s’apparente quasiment à du conseil auprès des pouvoirs publics, puisque ces derniers n’y comprennent rien et ne peuvent contrer leurs arguments, même lorsque ceux-ci sont fallacieux…
  4. Marketing d’influence:
    Leurs moyens financiers leur permettent de maîtriser les médias en les rachetant ou en les finançant par la publicité. C’est du marketing d’influence qui vise à améliorer ou maintenir l’image de leurs marques auprès du public, puisque les médias les encensent (dans le meilleur des cas), et se garderont de les critiquer (dans le pire des cas). Ils financent aussi des projets culturels, sportifs ou caritatifs pour se faire bien voir du public… Les politiciens candidats aux élections qui ne nuisent pas à leurs intérêts bénéficieront de leur pouvoir sur les médias et de quelques largesses (financement de leurs campagnes électorales via les paradis fiscaux par exemple…)
  5. Communication d’influence:
    Ils placent leurs salariés à des postes-clés de l’administration qui régit leur secteur d’activité. Ils financent des thinktanks, instituts d’études auréolés de prestige dont les médias relaient la bonne parole. Ils recrutent des gens brillants qui sauront répandre leur vision du monde auprès du public via des conférences et les médias.

Une stratégie globale d’influence

Il s’agit bien d’une stratégie globale d’influence puisque leur but est d’agir sur nos croyances collectives. Ils visent à maintenir le déficit cognitif et à façonner des croyances qui soient favorables à leurs intérêts.

Notre société de la connaissance a trouvé ses nouveaux maîtres. Il reste cependant un grain de sable dans cette mécanique bien huilée: Internet ! Cet accès nouveau à l’information est très gênant pour les tenants de ces systèmes d’influence. Car ils risquent de perdre leur légitimité aux yeux du public. Les masques sont en train de tomber.

%d blogueurs aiment cette page :