h1

La définition de l’influence

3 septembre 2011

L'influence de Martin Luther King sur le peuple américain

Le terme « influence » est très à la mode en ce moment, surtout sur le Web. Il existe même des outils de mesure de son influence personnelle… Il faut donc revenir aux fondamentaux et rappeler que la notion de légitimité est à la base de toute stratégie d’influence.

Qu’est-ce que la véritable influence ?

Avoir de l’influence consiste à amener une personne ou un groupe à changer son point de vue, par la persuasion. Sans coercition, ni manipulation, il s’agit de modifier les croyances collectives de sa communauté ou de tout un peuple.

Les éléments-clés de l’influence

En matière d’influence, tout est question de légitimité

  • La légitimité: lorsqu’un point de vue perd de sa légitimité aux yeux de la majorité, il apparaît indéfendable. Ceux qui veulent le défendre ne peuvent plus le faire ouvertement.
  • Toutes les stratégies d’influence reposent sur la recherche de légitimité. Parce qu’il ne suffit pas qu’une cause soit juste, il faut qu’elle apparaisse comme légitime aux yeux de la communauté.
  • Avoir sa place dans le débat: une cause légitime est une cause qui fait l’objet d’un débat. Lorsqu’une cause ne fait l’objet d’aucun débat, elle est soit un tabou, soit un consensus ; dans ce type de situation, toute velléité de lancer un débat apparaît, aux yeux de la communauté, comme non légitime.
  • Le charisme et l’éloquence personnelle ne suffisent pas. Pour élaborer une stratégie qui soit efficace, il faut viser à légitimer la cause que l’on cherche à défendre et à délégitimer la cause que l’on veut combattre.

Les leçons de Martin Luther King

Le charisme légendaire de Martin Luther King n’aurait pas suffi sans une stratégie bien pensée de légitimation.

Dans l’Amérique de l’après guerre, les ségrégationnistes faisaient barrage aux revendications des afro-américains par des actes d’intimidation, d’agression ou de provocation. Lorsque les afro-américains laissaient éclater leur colère, les ségrégationnistes disaient: « vous voyez bien qu’ils sont violents… » cherchant ainsi (sournoisement) à légitimer la ségrégation en place.

Martin Luther King opta pour une stratégie bien pensée de non violence et de désobéissance civile. Lorsque les manifestants résistaient aux provocations avec sang froid et dignité, leur cause devenait légitime aux yeux d’une grande partie de la population américaine, et la cause ségrégationniste perdait sa légitimité.

Lors de son fameux discours « I have a dream », il intégrait les afro-américains à la nation américaine, puisque leur revendication était celle des premiers migrants américains.

Martin Luther King parle aussi de fraternité, ce qui est fondamental. En effet, il ne suffit pas de réclamer des droits, il faut aussi rassurer le groupe, lui donner une espérance. Martin Luther King, en rassurant les blancs, a ouvert la voie…

Ci-dessous, le flamboyant discours de Martin Luther King:

Le talent oratoire et le charisme complètent une stratégie bien pensée qui aboutit à un changement de mentalité au sein de la population.

L’élaboration d’une stratégie de légitimation nécessite avant tout la bonne compréhension des mécanismes de la psychologie sociale et notamment des croyances collectives.

Lire aussi: Notoriété et légitimité

Advertisements

18 commentaires

  1. Remarquable article, Bénédicte.
    J’ajouterais que pour asseoir une légitimité, en dehors de la compréhension de la psychologie sociale et des croyances collectives, il faut apporter une réflexion transversale qui fait découvrir à ceux qui écoutent les vrais mécanismes auxquels nous sommes soumis, puis il faut aussi faire découvrir que les solutions existent et en montrer aussi les mécanismes de mise en place.


  2. Si le sujet vous intéresse, si la transversalité est votre grille de compréhension de l’influence, un livre qui sort ce mois (« influence et systemes » ) et des sites vous aideront probablement à réfléchir.
    L’influence ne se résume pas aux relation inter-personnelles….


  3. […] sur les luttes d'influence et les rapports de force sur le Web et ailleurs « La définition de l’influence Marketing d’influence, les enjeux économiques 13 octobre 2011 Un nouveau modèle […]


  4. […] à accorder notre confiance à ceux qui disposent d’une expertise que peu possèdent. Cette légitimité leur donne un pouvoir d’influence […]


  5. […] à accorder notre confiance à ceux qui disposent d’une expertise que peu possèdent. Cette légitimité leur donne un pouvoir d’influence […]


  6. […] aussi: La définition de l’influence Lire aussi la série sur le mécanisme de l’influence (1/4) La clé de l’influence, […]


  7. Sur un plan plus mercantile, l’influence revient simplement à affecter les décisions d’achat.
    C’est moins poétique que MLK, mais ça reflète aussi la réalité du Web.
    Super article, sinon 🙂


  8. […] la télévision, le web, la presse écrite, l’édition etc… Pour en savoir plus: La définition de l’influence La communication […]


  9. […] que Bénédicte Kibler résume par : Le talent oratoire et le charisme complètent une stratégie bien pensée qui aboutit […]


  10. […] que Bénédicte Kibler résume par : « Le talent oratoire et le charisme complètent une stratégie bien […]


  11. […] L’industrie du nucléaire en France comprend toutes les caractéristiques d’un système d’influence : une expertise recherchée, des entreprises intimement liées à l’Etat, une communication d’influence imparable qui vise à lui donner une légitimité: […]


  12. Très bon article en effet qui complète bien la thématique (Le discours de MLK Jr décrypté par Nancy Duarte en 6 points) que j’ai abordé dans mon blog : http://www.slideatwork-blog.com/article-nancy-duarte-decrypte-le-discours-de-martin-luther-king-jr-ou-le-secret-d-un-discours-emblematique-100830058.html
    Merci beaucoup


  13. Bonjour,
    Bonne définition.
    Non, je ne suis pas un « expat » de chez Jorion. 🙂
    Pas plus un troller ou un emm… Quoique, quand on fait monter la sauce… j’ai des tendances à réagir.
    Quand on dit qu’il y a un bon blog, je viens voir.
    La confiance, la notoriété, la crédibilité qui créent l’influence.
    Si on prend le problème à l’envers, chez celui qui veut avoir de l’influence, que fait-il?
    Prenons le cas de Sarkozy. (je suis belge, donc je peux m’extraire du débat)
    Est-ce qu’il dit la vérité, est-ce qu’il pouvait promettre les réformes qui constituaient ce qui a créé son influence?
    Comme le disait Paul, il y a un travail d’équipe, un consensus qui crée l’influence. Si j’ai confiance en général Paul, il a créé une sphère d’influence avec des acolytes qui se permettent de censurer tout ce qui ne va pas dans la ligne du parti.
    Cela est désolant.
    J’apprends plus de mes ennemis de conviction que des autres.
    Mais cela c’est probablement un problème d’éducation.


    • Pour répondre à votre question concernant les mécanismes de l’influence, je décris simplement les « ingrédients » de l’influence.
      Il n’y a aucune contradiction avec Paul Jorion qui parle d’un travail d’équipe, de formation d’un consensus.

      Quant à votre exemple des hommes politiques: ils parviennent au sommet parce qu’ils sont des experts en communication d’influence, cette discipline porte sur la formation des consensus, ou le formatage de l’opinion publique. Mais dans notre système actuel, les politiciens sont en bout de chaîne. En amont, toute un entreprise d’influence de l’opinion publique est à l’oeuvre. Je pense notamment aux think tanks qui trustent les médias et qui influencent les politiciens. J’écrirai un article sur ce sujet très important à mes yeux, ultérieurement.

      Quant au blog de Paul Jorion, lorsque je suis à la modération, je ne supprime que les message qui comportent des injures, propos diffamatoires etc. Je ne fais aps de censure. Bonne journée à vous.


  14. […] l’article Qu’est-ce que l’influence je prends l’exemple de Martin Luther King qui a influencé profondément l’opinion […]


  15. […] les élément-clés de l’influence y sont : l’autorité, la confiance et la notoriété. Les politiciens les citent très souvent en […]


  16. […] Un pays où la violence est institutionnalisée, sacrée…Rappelons que le pouvoir conquis par la violence ne peut s’exercer que par la violence… et donc sans légitimité. Gandhi et Martin Luther-King nous ont montré que la violence ôte à celui qui en fait l’usage, toute légitimité. La violence n’est jamais une solution.Voir l’article: L’influence, qu’est-ce que c’est ? […]



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :