h1

Le Web 2.0, une influence salvatrice !

19 janvier 2010

Les théories conspirationnistes sur le 11 septembre contribuent au développement d’un esprit critique, même si elles sont imparfaites.

11 septembre 2001, effondrement des évidences...

11 septembre 2001, effondrement des évidences...

Les enquêtes sur le 11 septembre 2001 :
une guerre d’influence qui n’en finit pas !

Dès 2003, les théories conspirationnistes prospèrent. Face à ce succès retentissant, les médias traditionnels et dominants dénoncent des impostures, ils crient à l’intox ! Chaque camp fait appel à des experts pour démonter les théories adverses. Finalement, qui est le vainqueur de cette guerre de l’information ? Toujours est-il que les partisans de la théorie du complot ont sérieusement semé le discrédit sur l’enquête officielle, et ont gagné en influence. Le citoyen lambda sait désormais qu’il y a matière à douter…

Le Web 2.0, nouvel espace de liberté ou de manipulation ?
Les médias dominants parlent de manipulation ! Alors entendons-nous bien sur les termes et leur sens ! Il y a manipulation lorsqu’il y a emprise sur une personne ou sur un groupe de personnes et que cette emprise affecte ses capacités de jugement. On parle de prise de contrôle des esprits.

Dans le cas du 11 septembre, les théories du complot affectent-elles notre capacité de jugement ? Exercent-elles une emprise sur notre esprit ? Vraiment, le croyez-vous ? Que leur reproche-t-on au juste ? D’avoir mis en évidence les zones d’ombres, les imperfections, voire les incohérences du discours officiel ? Leur influence a été telle que des mouvements citoyens se sont formés pour demander la réouverture de cette enquête. Et le pouvoir d’influence des médias dits « dominants » fond comme neige au soleil.

Ces théories ont, au contraire, contribué à l’éveil d’un sens critique parmi les citoyens, même si elles présentent, elles aussi, des impostures dans leur raisonnement et des informations biaisées.

Le véritable vainqueur de cette guerre d’influence, c’est le doute qui s’immisce dans tous les esprits. Mais, après tout, le sens critique est-il possible sans le doute ?

Lire aussi:
L’influence des théories de la conspiration: pourquoi ça marche
Comment une thèse discréditée conserve son influence
Démocratisation de l’influence: mythe ou réalité ?
[tweetmeme source=”BenedicteKibler” only_single=false]

Publicités

6 commentaires

  1. […] réaction irrationnelle : douter, c’est manquer de respect ! L’enquête officielle est discréditée, mais rien n’y fait ! « Comment osez-vous vous moquer des victimes du 11 septembre ! » est une […]


  2. Je suis d’accord dans l’ensemble. Mais l’influence des thèses conspirationnistes ne se limite pas à l’éveil d’un sens critique chez le citoyen.Bien des personnes ratissent le net pour y chercher de quoi alimenter leur délire paranoïaque, et c’est grave. Ces personnes (j’en ai connu, c’est difficile à vivre), même bien intégrées, vivent dans une réalité qui, si elle n’est pas complètement autre, est décalée de ce qu’on peut attendre d’une construction rationnelle. Est-il bien nécessaire de les encourager?
    Dommage que le web soit pour bien des utilisateurs un terrain de chasse au sensationnel; il donne pourtant aussi la parole à des voix discordantes sérieuses, des Chomsky et autres.
    Douter, ça s’apprend; la qualité du résultat dépend aussi du professeur.


    • Merci pour votre commentaire. Les errements font aussi partie de la recherche de vérité. Le doute et l’esprit critique doivent être encouragés.
      en revanche, il est vrai qu’Internet constitue pour beaucoup un exutoire à des émotions ancrées. C’est même un défouloir. Mais si on se décidait à réfreiner les ardeurs paranoïaques de certains, ce serait, à leurs yeux, leur prouver qu’ils ont raison. Ils y trouveraient une raison supplémentaire à leur jouissance inconsciente.
      Je crois qu’ils sont heureusement très minoritaires….


      • Je vous en prie. Le doute et l’esprit critique doivent être encouragés, mais ils doivent d’abord avoir été formés; ce devrait être le rôle de l’éducation. A mon avis il est dangereux, si l’on n’a pas été habitué aux outils d’analyse de l’information – inutile de devenir un spécialiste, juste avoir été imprégné d’esprit critique -, de compter sur le net pour effectuer ce travail. Ce qui risque de se substituer au doute, c’est une certitude. La deuxième jeunesse électronique du Protocole des Sages de Sion en est un exemple. Certes, la majorité aura compris les ficelles. Mais une minorité convaincue est plus dangereuse qu’une majorité qui doute.


      • Tout dépend où le doute nous mène. Il peut mener certains à l’indécision, la mollesse et l’inaction. Mais il peut mener d’autres à la quête de vérité et à une attitude de prudence et de vigilance face à des énoncés tout faits. Ce qui est bien.


  3. Cet article donne l’avis le plus juste qu’il m’ait été donné de lire sur le théories du complot.
    Je crois que le pouvoir ne s’y trompe pas et cherche des parades face à ces mouvements spontanés (ou pas) qui sapent son autorité symbolique. Autant que je puisse en juger, ces tentatives de contre-feux sont particulièrement présentes sur le média télévisuel. Je le déduis du fait que regardant rarement la télévision, je tombe pourtant souvent sur l’une ou l’autre émission « d’investigation » qui martèlent que l’internet est la mère de toutes les rumeurs et faussetés.
    Bon, je continue ma lecture…



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :